Trafic de faux diplômes
Faux diplômes et CV bidonnés : une « épidémie » bien actuelle.
Trafic de faux diplômes

Faux diplômes et CV bidonnés : une « épidémie » bien actuelle.

Près de la moitié des recruteurs français estiment que les postulants embellissent leur CV. Fréquemment ces derniers exagèrent leurs responsabilités antérieures, remplissent « les trous » entre deux contrats, gonflent leurs compétences, etc. Mais, ce qui déplaît principalement aux RH, ce sont ceux qui mentent sur leurs diplômes !

Près de la moitié des recruteurs français estiment que les postulants embellissent leur CV. Fréquemment ces derniers exagèrent leurs responsabilités antérieures, remplissent « les trous » entre deux contrats, gonflent leurs compétences, etc. Mais, ce qui déplaît principalement aux RH, ce sont ceux qui mentent sur leurs diplômes !

Vous ne le saviez certainement pas, mais, partout sur la planète les faux diplômes constituent un vaste business.  Enfin, partout où le diplôme est nécessaire pour décrocher un (meilleur) job : Usa,  Chine, Israël, Vietnam,  Mauritanie, RDC, Tanzanie, UK, Allemagne, Italie, Espagne, France … 

 

Grâce à l’Internet, tout un chacun peut devenir ingénieur, sociologue, médecin, prof…

 

D’ailleurs, si vous le souhaitez, vous pouvez vous en procurer sur fauxdiplomes.org !

 

Des journalistes de la Rtbf l’ont testé en s’offrant deux diplômes français « bluffant ». Qu’en ont-ils fait? Avec le système d’équivalences de la fédération Wallonie-Bruxelles, Ils les ont transformés en « vrai » !

POURQUOI ? 

Comme l’analysent Grolleau et Lakhal, un diplôme n’exprime pas uniquement un niveau d’étude. Non, par-dessus tout, il fournit à ses détenteurs un rang social, tout en engendrant, par ricochet, de véritables courses au diplôme.

  • Le faux diplôme, ajoutent-ils, permet de bénéficier des avantages sans en souffrir les inconvénients (travail, temps, argent).
  • De plus, constatons la multiplication des diplômes, et leur nécessité presque impériale, pour l’obtention de la plupart des emplois.

QUI EST CONCERNE ?

Ce système de supériorité du diplômé sur le non diplômé produit des envieux, donc forcément, disons que « tout le monde » en veut. Puis, coulant de source, à la demande répond l’offre, et les falsificateurs entrent en scène.  Leurs entreprises restent discrètes, évidemment, mais sans peine nous imaginons le potentiel pactole qui les motive.

  • Dès les débuts de l’Université, l’usage des faux est pratiqué. On peut même constater que, telle une ombre, le faussaire colle aux certificats officiels, quels qu’ils soient.
  • Mais depuis l’époque médiévale, le savoir-faire s’est affiné. On ne se contente plus de contrefaire les vrais diplômes. Plus subtilement, désormais, des « institutions », fausses universités virtuelles, délivrent des diplômes qu’elles créent, sans en détenir les compétences, tout en sachant, de plus, brouiller les lignes entre la réalité et le bidonné

Aujourd’hui on parle d’usines, ou de moulins à diplômes

 

Vous pensez que seuls les p’tits losers, frustrés sous-diplômés, recourent à cette stratégie : erreur ! Elle fait fureur dans le haut fonctionnariat ou le milieu politique ! Exemples :

  • En France, le Who’s Who prêtait à Geneviève Fioraso deux maîtrises, l’une vrai, l’autre fausse. Accusant l’annuaire d’avoir mélangé ses pinceaux, elle n’en a pas moins démissionné. Faut dire qu’en tant que secrétaire d’Etat à l’enseignement supérieur, c’était moyen !

  • Citons également Jacques Labeyrie, directeur de l’Ecole Centrale de Lyon, pour obtenir son poste il a prétendu être normalien, et agrégé de maths : pipeau !

 

Bruno Le Roux, ministre de l’Intérieur fin 2016, se targuait sur ces CV d’avoir étudié à l’ESSEC et HEC. Vérification faite par des journalistes : affabulation. Mais là, il s’agissait d’une erreur, dixit son entourage. En 2007, Le Canard Enchaîné avait épinglé Rachida Dati pour des raisons similaires.  Ambigüité, et non mensonge, expliquèrent ses proches.

 

 

 

Bruno Le Roux, ministre de l’Intérieur fin 2016, se targuait sur ces CV d’avoir étudié à l’ESSEC et HEC. Vérification faite par des journalistes : affabulation. Mais là, il s’agissait d’une erreur, dixit son entourage. En 2007, Le Canard Enchaîné avait épinglé Rachida Dati pour des raisons similaires.  Ambigüité, et non mensonge, expliquèrent ses proches.

Mdr[i], euh, pardon, sans commentaire ! Enfin, si : s’agirait-il d’une étourderie qui pourrait tous nous « échapper » ?

 

Poursuivons !  La « maladie » des faux diplômes, s’étend maintenant, plus largement, à d’autres corps de métier.

Début 2018, un scandale éclate : plusieurs milliers de Britanniques ont acquis des faux diplômes auprès d’une boîte basée au Pakistan. Cela concernait principalement des membres du corps médical public. Oups !

 

Et tenez-vous bien, si certains achètent leur diplôme en connaissance de cause, d’autres se font gruger. Comment ? Démonstration : les arnaqueurs proposent à des personnes de transformer leur expérience professionnelle en diplôme, sur le modèle VAE. Ainsi, ils font miroiter à leurs « pigeons » la délivrance, en toute légalité, des lettres de noblesses modernes qui leur font défaut.

 

Le phénomène prend une telle ampleur, que forcément, il engendre des …

 

CONSEQUENCES : Méfiances !

  • Face à l’abondance des CV « photoshopés » les RH se mettent à flipper, comme les institutions officielles, soucieuses de leur réputation. 
  • Le business des contrôleurs de CV, des RH spécialisés, s’ébauche. Parallèlement, les universités et les écoles diplômantes sécurisent leurs diplômes.

  • Par exemple, depuis 2015, l’INSA Toulouse fait authentifier ses diplômes par une société privée.

 

Aussi, en 2016, la ministre de l’Education nationale promet un site vérificateur, « unique en Europe » :  diplôme.gouv.fr. Prévu pour janvier 2017, il reste inactif mi 2018

MORALITE ?       

Presque toutes les cultures condamnent le mensonge, et pourtant il n’existe aucun pays « de la vérité » où personne ne mentirait.  Dans une société, comme la nôtre, qui requiert toujours plus de diplômes ou de parfaites et multiples expériences (même à nos débuts), il est extrêmement tentant d’en ajouter un peu, voire beaucoup selon les personnalités, c’est vilain, mais c’est humain !    

 

Katia

 

Sources :

 

Gilles Grolleau, Tarik Lakhal« Éléments d'analyse économique des faux diplômes  », Revue internationale de droit économique 2007/2 (t. XXI, 2), p. 115-128. DOI 10.3917/ride.212.0115

Jérôme Thomas, « « Mentir », Terrain, n°57, septembre 2011 », Lectures, Les comptes rendus, 2011. URL : http://journals.openedition.org/lectures/6452

https://www.rtbf.be/info/societe/detail_le-scan-enquete-sur-le-trafic-de-faux-diplomes-difficilement-detectables?id=9712092

https://blogs.mediapart.fr/seraya-maouche/blog/170118/fraude-academique-un-scandale-de-faux-diplomes-au-royaume-uni

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2015/02/21/97001-20150221FILWWW00044-le-diplome-imaginaire-de-genevieve-fioraso.php

http://cache.media.education.gouv.fr/file/11_-_novembre/20/0/DP_-_20161117_-_Salon_Educatec-Educatice_664200.pdf?ts=1479377336  ( dossier de presse concernant l’ouverture de diplome.gouv.fr)

http://www.insa-toulouse.fr/fr/actualites/l-insa-toulouse-confie-a-nanolike-l-authentification-de-ses-diplomes.html

Devenir contributeur

Vous souhaitez écrire des articles pour Pozkafé ?

Échanger

l'avis de la communauté

Laisser un commentaire

(facultatif)

1 commentaire

Par Trou CV il y a 7 mois
Plutôt que de voir le problème par le petit bout de la lorgnette, il faut s'interroger sur la raison qui pousse les gens à mentir sur leur CV. Le font-ils par plaisir ou pour se donner une prestance ? Non, ils prennent le risque de le faire, parce-que sans ça, point de salut. Les recruteurs français contribuent à l'inflation et à la surenchère des exigences de diplômes quand bien même cela n'est pas nécessaire. Là réside le fond du problème. Vous abordez sans vous y attarder les trous sur le CV. Là encore, il s'agit d'une discrimination grave qui n'est causée que par les recruteurs eux-mêmes. Quand comprendront-ils que les personnes passent par des périodes de chômage, ont des parcours atypiques en terme de métier et de secteur, et pas un déroulé linéaire ? En attendant, les candidats discriminés continueront à mentir puisqu'il n'y a aucune tolérance à ce qui est perçu comme un "échec".
Notifications
PozKafé a besoin de votre autorisation pour activer les notifications sur votre ordinateur.