Vie professionnelle
Le SLASHING mon nouveau travail !
Vie professionnelle

Le SLASHING mon nouveau travail !

13 Avr. 2021

Tout naturellement, le MONDE évolue et à travers cette évolution, forcément la vie professionnelle change. 

Cette nouvelle ère nous mène sur des réflexions personnelles. C'est l'occasion de porter un nouveau regard sur nous même, de découvrir nos capacités, nos moteurs, nos valeurs, ainsi que nos réelles attentes.

Beaucoup de personnes sont issues de cette nouvelle génération; elles cherchent à accomplir des tâches et un métier qui leurs plaisent. 

Mais cette démarche n’est pas simple, car il n’est pas facile de trouver sa véritable identité et de l’accompagner d’un emploi qui va procurer 100% de satisfaction.

C'est avec une certitude, qu'aujourd'hui certain voit le travail comme une contrainte. D’autres l’expriment comme une opportunité, lorsque les entreprises demandent une flexibilité et une adaptation à tous les instants, pour accomplir un champ de missions bien plus large. 

 

Voici un exemple concret : vous pouvez très bien répondre à des tâches liées aux ressources humaines, puis appliquer des consignes de sécurité et d'hygiène pour vous et vos collaborateurs. En suite, batailler pour compenser un besoin de volume lié à la productivité, en passant par la logistique et/ou du marketing, afin d'embellir votre portefeuille clients.

Voici une réflexion pertinente : Mais comment vivre et ne pas subir sa vie professionnelle !? 

C'est une évidence, nous devons travailler pour subvenir à nos besoins. Certains parlent de travail alimentaire, d’autres évoquent n'avoir nul le choix, puis en minorité, il y a ceux qui s'épanouissent dans leur carrière.

Déjà, chacun va modeler son ''futur“ à travers son expérience, mais aussi par la manière de le concevoir.

En France depuis quelques années, nous employons dans notre jargon le terme Anglophone SLASHING !

Alors, après cette petite intro et ce mot qui peut vous sembler barbare, je vais vous partager mon expérience de 21 ans de travail, dont deux ans en double emploi.

Bien évidemment, la naissance d'un tel projet requière de la réflexion, des prises de décisions, avec l'envie et l'aptitude à faire le grand plongeon.

 

De mon côté, c'est un bilan de compétences qui m'a dirigé sur cette piste. Car en 2017, j'étais exposé à une fin de cycle lorsque mon ancienne société a vécu une restructuration.  

En amont,  mon parcours professionnel m’a fait prendre conscience d’éléments déclencheurs, qui me mettaient dans l'embarrât au moment de l'accomplissement de certaines tâches.  Je peux certifier que projeter sa vision '' de faire '' à travers la perfection, le temps d'exécution et le manque de lâcher prise, peuvent conduire à l'incompréhension, puis au stress.

En réalisant ce bilan, j’ai pris conscience de mes valeurs, de mes moteurs et il m'a fait découvrir mon profil professionnel. 

Je rappelle que son objectif était de déterminer si j'étais manuel, ou portant une tendance de technicien, etc...

 

Au début de l'année 2019, j'ai accepté un nouveau virage dans ma carrière. En total accord avec mon ancienne entreprise, j'ai décidé après 17 ans d'industrie chimique de quitter mon rôle de Ressource Technique Hygiène Sécurité Environnement. Mais je précise que j’en garde de très bons souvenirs et que j’entretiens des bonnes relations avec mes anciens collègues car aujourd’hui je recrute pour eux ! 

Dans le cadre du renouveau, c'était l'occasion pour moi de mettre en place, toutes les évidences identifiées lors du bilan de compétences.

Pour synthétiser, j'ai démarré mon nouvel emploi comme salarié et j'ai ouvert sans attendre mon statut d'Auto-entrepreneur.

 

  • Quels sont mes rôles ? 

J'ai repris une partie de mon ancienne fonction comme employé dans un poste ‘’Hybride’’, puisqu’ aujourd'hui je cumule les rôles de Chargé de recrutement & de Préventeur HSE. 

A travers mon activité personnelle, je coache comme Praticien en Hypnose, une journée et demie dans la semaine.

 

  • Le lien entre ses métiers ? 

Il y a un fil conducteur entre ces deux emplois, qui est d'aider et de me rendre utile aux autres.

Cette  même fibre m'a poussée il y a des années, dans la prévention des risques. C’est elle qui me fait vivre actuellement, mes nouvelles expériences dans les RH ou dans le Coaching.

D'ailleurs j'appelle cette globalité: #relationhumaine.

 

  • Mon temps de travail depuis que je suis ''Slasher'' ? 

Depuis maintenant 2 années, je travaille 6 jours par semaine et je m'accorde 4 semaines de repos par an. 

Je concède que cet agenda soit un peu chargé, mais ces concessions me permettent de lancer mon projet. 

Actuellement, j'étudie une diminution de mon temps de travail comme Chargé de recrutement & HSE avec ma direction. 

Ceci afin d’équilibrer mon planning à 5 jours de travail hebdomadaire, pour prendre 2 jours de repos effectifs.

 

  • Dans ce cumul, ma performance est-elle optimale ? 

De mon côté, je suis toujours exigeant quant à la qualité de mon travail. Puis paradoxalement, je me sens bien plus performant qu'avant. J’ai l’impression de ''surfer'' sur mon expérience en la sollicitant bien mieux qu'avant. 

L'autre avantage est que même si je rencontre sur une journée avec quelques difficultés, ou des litiges dans un travail, le plaisir de l'autre, va compenser.  Ainsi avec une majorité de tâches qui me plaisent, je suis toujours dans l'optimisme. C'est une sorte de vases communicants qui me rendent encore bien plus performant.

 

  • Est-ce complexe de passer d'un métier à un autre ? 

Comme je l’ai cité précédemment, aujourd'hui  beaucoup d'emplois demandent  d'être multi-casquettes. 

Que  cela soit pour l'organisation de mon travail ou de la sollicitation des 2 jobs, j'ai adapté un rythme qui m'aide dans la gestion du temps et de mes priorités. 

Certes,  cela implique de fonctionner sur deux agendas, en planifiant le travail récurent, tout en s'accordant un pourcentage de ''safety time'' pour absorber les imprévus. 

Mais ce cadre m’aide, car  je peux difficilement déléguer. Il est nécessaire  d’appliquer de bonnes pratiques préventives contre les risques psychosociaux. 

Par exemple: je ne mélange pas les tâches entre les jobs. Quand je fais du recrutement,  je ne pense pas à mon agenda de Coache. 

Ou je ne  réponds pas aux clients le soir et le dimanche; j'ai des autres bonnes pratiques, ceci pour m'accorder du temps pour soi....

  • Y-a-t 'il une sécurité de l'emploi ? 

Je trouve cette situation plus rassurante, car aujourd'hui je suis salarié dans le premier groupe RH et de recrutement d'Alsace, qui malgré la crise sanitaire, a la faculté de s'adapter. 

Puis j’assure mon activité d'Auto-entrepreneur; j'ai en permanence une visibilité de 6 mois de travail. C'est une moyenne qui ne cesse de s'accroitre et qui est pour moi largement satisfaisante,  pour être serein et garder confiance.

  • Finalement les deux emplois ne deviennent-ils pas redondant ? 

Non, car  j'ai toujours des situations diverses  avec des collaborateurs différents. De plus, il y a aussi des projets  dynamisants qui mettent à contribution mon imagination. Le slashing n’annonce pas que des petits boulots sans responsabilité. 

Par exemple:  la fin 2020 a été pour moi l'aboutissement de deux projets:

Le premier était la réduction du taux d'accident de 52 % pour les collaborateurs intérimaires. 

Puis le second était le développement d'une chaine YouTube, qui propose des vidéos gratuites de relaxation ou des techniques pour se '' centrer ".   Et à son Rythme, j’ai maintenant 25 671 vues.

  • Quel travail personnel cela implique-t-il ? 

Je suis passé par une profonde remise en question, qui comme toutes les ‘’vraies’’ impose des moments inconfortables. Mais l’avoir vécu est un atout de taille, pour renforcer la confiance en soi. 

Car cela demande d'étudier et d'évaluer la faisabilité de son projet. Et puis, c'est aussi la bonne occasion pour connaitre ses propres limites, d'être capable de mettre le meilleur de soi en avant. En suite c'est l'opportunité d'actionner les leviers pour poursuivre son apprentissage sur les détails à améliorer ou ceux visés.

  • Qu'est-ce que cela rapporte personnellement ? 

En permanence, cela offre  un sentiment de satisfaction. Lorsque nous sommes dans notre élément, on travaille heureux. Mais pour y arriver, il faut sortir de notre bulle de confort pour développer des qualités enrichissantes. 

Forcément, il y a aussi un effet booster, par les diverses expériences que nous collectionnons plus rapidement. 

Aujourd'hui, je n'ai pas l'impression de subir mes deux travails, mais de vivre ma vie professionnelle bien armée.

  • Quels sont les bonnes pratiques pour y arriver ? 

Je dirais que l'amélioration continue, est ma principale méthode de travail. 

J'organise et je me simplifie les tâches, en maintenant ma valeur du travail bien accomplit.

La gestion du temps, des priorités et des émotions (stress) est l'une des clés de la réussite.

Puis, vient aussi l'acceptation du changement au niveau du comportement, comme le lâcher prise, laisser la patience prendre sa place, ou oser prendre les commandes de son agenda. Ne pas se laisser surcharger... En quelques mots,  devenir son souverain aux commandes de sa vie. 

 

Après ces quelques lignes sur mon partage d'expérience, je pense que vous avez bien compris,  que je suis ravi d'avoir adopté cette « mode » qui provient de l'étranger.

C’est  avec des projets plein la tête, des plaisirs vécus, des  petites réussites et des changements positifs, que je vous souhaite autant de journées positives que j'en ai !

Je fini ce témoignage par une citation :

J'ai toujours préféré la folie des passions à la sagesse de l'indifférence...   Anatole France

Bablon Jonathan

Devenir contributeur

Vous souhaitez écrire des articles pour Pozkafé ?

Échanger

l'avis de la communauté

Laisser un commentaire

(facultatif)

1 commentaire

Par Marc ESSELIN JANNIOT il y a 6 mois
Merci pour ce retour d'expérience Jonathan !
Notifications
PozKafé a besoin de votre autorisation pour activer les notifications sur votre ordinateur.